Où ouvrir son cabinet de kiné ?

Plusieurs régions de France sont communément qualifiées de “déserts médicaux” en raison de leurs déficits importants de praticiens en santé, toutes spécialités confondues. Qu’il s’agisse des kinésithérapeutes mais aussi des médecins généralistes, des dentistes, des ophtalmos, etc, l’Etat met en oeuvre des dispositifs importants pour attirer ces différents spécialistes dans ces zones, souvent rurales. On souligne notamment une aide à l’installation par un allégement des charges, quelques fois accompagné de primes.

Ouvrir son cabinet de kiné dans une zone rurale reconnue comme désert médical va alors devenir une opportunité importante pour un jeune ayant tout juste terminé sa formation de kiné. En 2011, une étude réalisée par la sécurité sociale affichait le panorama de la répartition des kinés en France. A l’aide de ce panorama, il est possible de pointer les différentes zones à la recherche d’une expertise en kinésithérapie. Découvrez aussi pourquoi exercer kiné en France.

La répartition des cabinets de kinésithérapeute en France

On observe ainsi que l’on trouve pléthore de kinésithérapeutes dans la région Parisienne et la région PACA, de manière assez prévisible dans ces zones reconnues nationalement comme dynamiques et attrayantes. Cependant, le kinésithérapeute pourra profiter d’une moindre concurrence dans le Nord-Ouest et au Centre de la France notamment dans l’Indre, la Manche, la Creuse, le Cher, en Eure-et-loir, dans l’Orne et en Seine Maritime. A l’Est de la France, la Haute Saône et les régions environnantes comme le Jura, le Haut Rhin et le Haut Marne sont aussi particulièrement touchées par le manque de praticiens en kinésithérapie.

Si ces zones peuvent paraître aux premiers abords moins attractives aux yeux des kinés que Le Sud de la France ou que la Capitale, la richesse de leurs patrimoines culturels et les aides fournies par l’Etat pourront certainement convaincre les derniers hésitants à y installer leur cabinet de masseur-kinésithérapeute.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *